LE CHATEAU DE CHAVILLE
RESTITUE EN 3D A LA FIN DU XVIIe SIECLE


 
 

LA DESTRUCTION
ET L'ETAT AU XIXe SIECLE 



Le château des Tessé
seconde moitié du XVIIIe siècle



Façade du château du Comte et de la Comtesse de Tessé, vers 1770. 
(Restitution de PHIDIAS 3D, 2014)

 
Entre 1711 et 1764, le château subsiste, même si l'absence d'entretien s'accentue avec le temps. L'ensemble menace ruine au milieu du XVIIIe siècle. 

C'est pourquoi, en 1764, le château créé par Michel Le Tellier un siècle auparavant est rasé, sur ordonnance de Louis XV, afin d'édifier un nouveau château plus au nord, dans le nouveau style à l'Antique. Le Roi donne l'usufruit du domaine au Comte René-Mans de Tessé, Premier écuyer de la Reine, et à son épouse la Comtesse Adrienne de Tessé, née Noailles. L'architecte choisi est Etienne-Louis Boullée (1728-1799), celui-là même qui imagine des projets utopiques de constructions monumentales. 




 

 
Plan du château de Chaville à la fin du XVIIIe siècle.
(Extrait de l'ouvrage de Georges-Louis Le Rouge, Jardins Anglo-Chinois, paru entre 1776 et 1788)

 
Le nouveau château est édifié à l'emplacement de l'ancien escalier qui menait aux Cascades. Les jardins français ont fait place aux jardins anglo-chinois, si prisés à la fin du XVIIIe siècle. Les communs ont été conservés intacts, ainsi que la Ménagerie, l'ancienne Orangerie ayant été transformée en salle de "Comédie".





Les plans du nouveau château



Elévation antérieure du château par Etienne-Louis Boullée, 1764
(Dessin publié par Jean-Marie Pérouse de Montclos, Etienne-Louis Boullée, 1969) 





Elévation postérieure du château par Etienne-Louis Boullée, 1764. 
(Dessin publié par Jean-Marie Pérouse de Montclos, Etienne-Louis Boullée, 1969) 







Plan du nouveau château de Chaville
par Etienne-Louis Boullée (projet exécuté), 1764

(Dessin publié par Jean-Marie Pérouse de Montclos, Etienne-Louis Boullée, 1969) 







Coupe du nouveau château de Chaville
par Etienne-Louis Boullée (projet exécuté), 1764

(Dessin publié par Jean-Marie Pérouse de Montclos, Etienne-Louis Boullée, 1969) 






Un nouveau jardin :
le règne de l'Anglo-chinoiserie


 
Les jardins anglo-chinois constituent une forme particulière de jardin développés durant la seconde moitié du XVIIIe siècle en Europe, sur le modèle des jardins chinois et des jardins anglais. Ils mêlent des espaces aménagés à l'Anglaise, où une nature artificielle est recréée. De plus, des pavillons chinois ornent différentes parties des parcs, constituant autant d'étapes dans la visite du jardin. 


 


"Monument dans les jardins de Chaville".
(Extrait de l'ouvrage de Georges-Louis Le Rouge, Jardins Anglo-Chinois, paru entre 1776 et 1788)

 
Aux anciens jardins français ont succédé des constructions
liées au retour du goût à la grecque.







L'état au XIXe siècle 

 
Détail du plan cadastral de Chaville, section du Village, 1816. 
(Archives municipales de Chaville, 1Fi_Chaville7)

 
Le plan cadastral permet de constater que les communs du XVIIe siècle ont été conservés. Lechâteau des Tessé n'a quant à lui pas résisté à la Révolutio et a été détruit. Sur ce plan, a été reporté ultérieurement au crayon le tracé du chemin de fer qui traversera les jardins en 1840.

Le nouveau château construit en 1818 n'apparait pas encore sur le plan. 






Représentation du dernier château de Chaville, vers 1830.
(BNF, Cabinet des Estampes, VA 92 (3) FOL)

Rehaussé d'un étage par la suite, il est connu ds Chavillois sous le nom de Château Saint-Paul, du nom de la congrégation des Frères de Saint-Vincent de Paul qui l'occupe de 1862 à 1901.




 

Le château Saint-Paul au début du XXe siècle
(Archives municipales de Chaville, 2Fi245)

 



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement