LE CHATEAU DE CHAVILLE
RESTITUE EN 3D A LA FIN DU XVIIe SIECLE


 
 

LES COMMUNS 

Vision des ailes des communs du château, en haut de l'image.
(Restitution de PHIDIAS 3D, 2014)
 
A l'est de l'avant-cour sont aménagés les communs du château sur un plan en U. On y installe les cuisines principales (bien plus grandes que celle située au sous-sol du château), les écuries et différents services accessoires. Ils sont constitués de trois ailes principales : 
-l'aile des cuisines, au nord ; 
-l'aile des écuries, en fond de cour, à l'est ;
-l'aile des remises, pour les carrosses ainsi qu'un ou deux logements, au sud. 








Plan des communs suivant leur premier état, vers 1660.
(Archives nationales, O1 1521) 


Le plan mentionne 30 boxs pour chevaux, ainsi que six emplacements de carrosses. Il existe des greniers au-dessus des bâtiments, qui sont accessibles par plusieurs petits escaliers. Dans celui situé au-dessus des écuries devait être conservé le foin et l'avoine pour nourrir les chevaux. Quelques logements ont été aménagés au-dessus des cuisines, pour les domestiques. 
 





 

Plan des communs suivant un état postérieur, vers 1700.
(Archives nationales, O1 1521) 
 
Quelques petits changements ont eu lieu entre les deux états, mais ceux-ci sont minimes. Dans l'ensemble, rien n'a vraiment été modifié. Le four à pain a par exemple été déplacé, tandis qu'une prison a été construite près de la cour d'entrée, dans l'aile des remises.








Plan de l'entresol de l'aile des cuisines. vers 1700.
(Archives nationales, O1 1521) 







Détail du plan des jardins de Chaville, vers 1700.
(Archives nationales, Cartes et Plans, N III Seine et Oise 532) 
 
Ces communs sont invisibles depuis les cours, et ne présentent pas une grande originalité, excepté leurs toitures mises en évidence sur ce plan aquarellé. Celui-ci indique, en effet, les parties des toitures des bâtiments qui sont soit en ardoise, soit en simples tuiles. On constate que certains pavillons situés à l'est (à droite de l'image) disposent d'une partie de leur toiture en ardoise, celle visible depuis le château, tandis que les pentes visibles du côté du village, mais invisibles du château, se contentent d'une simple couverture en tuiles. Cela dénote un souci d'économie de gestion des frais liés à la réalisation des communs, qui sont les bâtiments les moins nobles du domaine. 


 



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement