LE CHATEAU DE CHAVILLE
RESTITUE EN 3D A LA FIN DU XVIIe SIECLE


 
 

LE CHATEAU DE CHAVILLE
AU DEBUT DU XVIIe SIECLE

un château Renaissance 

 

Estampe non légendée, identifiée de manière inédite
au château Renaissance de Chaville
avant sa reconstruction au milieu du XVIIe siècle. 

Identification inédite de Franck Devedjian, 2013. 

(Bibliothèque de l'Institut de France, ms 1606, numéro 23)
 
Voici le château de Chaville Renaissance, avant sa démolition au milieu du XVIIe siècle par Michel Le Tellier, pour faire édifier le nouveau château présenté sur le site. Il faut donc comparer cet état du domaine, avec celui atteint à la mort de Michel Le Tellier, en 1685, pour comprendre les travaux considérables qui ont été entrepris par ce dernier pour mettre au goût du jour son domaine familial. 

Le plan en U du château, tourné vers le jardin et non vers la cour, n'est pas celui des châteaux français, mais reproduit les constructions italiennes. On le retrouve en France et de manière contemporaine par exemple au château de Frémont près d'Evry. Notez la présence d'un parterre carré, dont André Le Nôtre s'inspirera en développant le grand parterre.




 

Détail des armes placées au-dessus des portes d'entrée :
(Bibliothèque de l'Institut de France, ms 1606, numéro 23)


Celles-ci correspondent parfaitement aux armes des Le Tellier
dont la description s'énonce : 

"D'azur à trois lézards d'argent posés en pal, rangés en fasce,
au chef de gueules chargé de trois étoilles d'or". 





Détail des armes des Le Tellier
sur une estampe de Nanteuil représentant Michel Le Tellier. 1662

(Metropolitain museum of New York, 2001.647.30)













Les Le Tellier à Chaville
La seigneurie de Chaville est acquise par Michel Le Tellier I en 1596 et reste dans la famille Le Tellier pendant un siècle.



Michel Le Tellier I 
Maître des comptes

Seigneur de Chaville de 1596 à 1608

 
Son grand-père, Pierre Le Tellier, est marchand bourgeois de Paris. Avec son père, Michel Le Tellier, notaire au châtelet de Paris, la famille sort du négoce. 

Michel Le Tellier I (1545-1608) acquiert la seigneurie de Chaville en 1596. Il prend le titre de seigneur de Doisu et de Chaville en partie. Il organise sa seigneurie, érige l'une des maisons qu'il possédait à Chaville préalablement à l'acquisition de la seigneurie en maison seigneuriale et fait orner le parc. 




 
Michel Le Tellier II
Conseiller à la Cour des Aides

Seigneur de Chaville de 1608 à 1617

 
A la mort de son père, Michel Le Tellier II (ca. 1575-1617) hérite du titre et de la maison seigneuriale de Chaville. Lui et son frère cadet, Charles, héritier de la maison de Doisy, augmentent le domaine de Chaville par de nombreuses acquisitions et quelques échanges. Il laisse à son fils, le futur chancelier, un agréable domaine. 






Proposition de restitution
du château Renaissance



Proposition de restitution du plan du château Renaissance de Chaville.
 (Restitution de Franck Devedjian, 2013) 
 
La cour d'entrée possède des communs dans sa partie latérale. 
Le château, placé au fond de la cour, suit un plan en U inversé, choix atypique dans l'architecture française. 

Le jardin s'organise autour d'un parterre à quatre compartiments. Des allées le prolongent, et, dans le fond, des masses végétales plus importantes permettent
de faire apparaître et disparaître le château, suivant l'avancée de la promenade. 
Ainsi, la structure des jardins à la française est ici déjà bien présente, mais n'a pas l'efficience des jardins ultérieurs que concevra André Le Nôtre.  





Vue du château Renaissance depuis l'entrée
(Restitution de PHIDIAS 3D, 2014) 

Le château avait une façade de taille imposante, de 50 mètres de long.






Vue depuis le rez-de-chaussée, côté jardin. 
(Restitution de PHIDIAS 3D, 2014) 

Une grille séparait la cour côté jardin du parterre. 






 Vue sur le jardin depuis le premier étage du château Renaissance
(Restitution de PHIDIAS 3D, 2014) 


La vue sur le jardin est particulièrement intéressante :
il existe déjà un parterre, ainsi qu'une perspective centrale.
En l'absence de bassin, une plantation focalise l'attention au milieu de la composition.




 


Vue sur le château depuis l'allée centrale,
lorsque le visiteur était placé au bout du jardin.

(Restitution de PHIDIAS 3D, 2014) 


Les masses végétales jouent avec la masse du château,
dont on ne découvre pas les ailes latérales depuis ce point de vue. 

 
Malgré la simplicité des aménagements, on devine néanmoins les prémices de
jeux visuels liés à l'art des jardins qui se développera tout au long du XVIIe siècle.




 



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement